AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Les contes censurés et édulcorés

Aller en bas 
AuteurMessage
Kazunours
Séries animées
Séries animées
Kazunours

Coq
Nombre de messages : 88
Age : 38
Localisation : Essonne
Date d'inscription : 06/10/2014

Les contes censurés et édulcorés Empty
MessageSujet: Les contes censurés et édulcorés   Les contes censurés et édulcorés Icon_minitimeDim 26 Oct 2014 - 22:39

Je crée ici un sujet pour faire suite à un post de Jmd76 dans un de mes topics.

Jmd76 a écrit:
Perrault, en outre, écrit à une époque où le conte est à la mode, et les siens, qui ne sont ni ceux de Mme d'Aulnoy, ni ceux de Mme Leprince de Beaumont, ne sont pas ce qu'on appelle une littérature enfantine. Forcément, lorsqu'on les adapte dans des livres de jeunesse ou en dessin animé, on adoucit, on transforme... D'où ce loup qui, depuis les gravures anciennes, a gagné une toute nouvelle apparence, moins cruelle, voire même sympathique. Les illustrations que tu publies le montrent bien, et je te remercie de les présenter parce qu'elles sont vraiment belles, intéressantes et instructives. Mais les contes ne sont pas seuls à avoir connu ce traitement.
Des romans ont trouvé chez Disney un traitement complètement déformant pour toucher un public très jeune. De Notre-Dame de Paris au Bossu de Notre-Dame, les personnages s’affadissent (à mon sens) et le dénouement de l'histoire est réécrit de la manière la plus convenue et la plus imbécile qui soit, au nom du sacro-saint happy ending
On peut aussi citer La petite sirène dont la fin, jugée trop triste pour être vue du jeune public, a été modifiée en happy end. Ce qui est, à mon sens, totalement stupide, dans me mesure où :
- on voit mourir la maman de Bambi dans le film du même nom
- on voit aussi mourir Mufasa, le père de Simba dans Le roi lion
Les enfants ne sont pas idiots, loin de là. Même s'ils ne savent pas exactement ce qu'est la mort, ils comprennent à quoi correspond une disparition. Ils savent que ça veut dire que la personne ou le personnage ne reviendra pas. De ce fait, édulcorer de cette façon est ridicule. Mais les happy end sont la politique de Disney.
Revenir en haut Aller en bas
Jmd76
TMNT
TMNT
Jmd76

Dragon
Nombre de messages : 1742
Age : 43
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 12/04/2014

Les contes censurés et édulcorés Empty
MessageSujet: Re: Les contes censurés et édulcorés   Les contes censurés et édulcorés Icon_minitimeLun 27 Oct 2014 - 14:34

C'est vrai ; une politique qui peut se comprendre, mais qui, à mon sens, apparaît de plus en plus naïve. Les studios Disney donnent l'impression de raconter continuellement la même histoire depuis des décennies, sans jamais remettre en cause ni leur manichéisme, ni leur vision passablement innocente de l'enfance.
Tu as raison de citer la Petite sirène, exemple auquel j'avais également pensé, mais je ne voulais pas rallonger trop mon propos. La petite sirène est, à l'exemple d'autres contes d'Andersen, d'une tonalité amère. Le bonheur y coûte cher... Si l'on excepte ses contes ironiques (La Princesse au petit pois), Andersen illustre souvent une philosophie pessimiste dans ses contes : dans la Petite sirène comme dans la Petite fille aux allumettes ou dans l'Intrépide soldat de plomb, le regard porté sur le monde est désabusé, et le bonheur n'est possible que dans la mort. Ce qui rend plus difficile encore à comprendre le parti pris de Disney d'adapter de tels auteurs pour en tirer des récits riants, de faire ainsi du rose avec du noir...
Revenir en haut Aller en bas
Kazunours
Séries animées
Séries animées
Kazunours

Coq
Nombre de messages : 88
Age : 38
Localisation : Essonne
Date d'inscription : 06/10/2014

Les contes censurés et édulcorés Empty
MessageSujet: Re: Les contes censurés et édulcorés   Les contes censurés et édulcorés Icon_minitimeLun 27 Oct 2014 - 21:15

Tu as raison... après je comprends aussi leur parti pris d'un certain point de vue. C'est vrai que par les temps qui courent, voir du positif peut être une bonne chose. Et Disney, avec son manichéisme et tous ses défauts, a au moins l'avantage de montrer du positif.
Revenir en haut Aller en bas
Old Shatterhand
Saint Seiya
Saint Seiya
Old Shatterhand

Coq
Nombre de messages : 1328
Age : 50
Date d'inscription : 06/07/2009

Les contes censurés et édulcorés Empty
MessageSujet: Re: Les contes censurés et édulcorés   Les contes censurés et édulcorés Icon_minitimeLun 27 Oct 2014 - 22:00

Adoucir le propos ou modifier le contenu des histoires est une constante chez Disney et pas seulement dans les contes, c'était aussi le cas avec les récits historiques que l'on pouvait voir à la TV.

L'un des souvenirs qui m'a le plus marqué c'est avec la série Davy Crockett qui dans le dernier épisode nous montre le siège d'Alamo, sauf qu'on ne voit pas la mort du héros.

Si ma mémoire est bonne lorsque Crockett tout en haut des remparts est cerné de toutes part (ce qui historiquement est déjà faux), il disparaît de l'écran dans un fondu enchaîné sur le drapeau américain suivi ensuite par Disney en personne qui apparaît à l'écran tenant un livre d'histoire à la main avec un large sourire.

Evidemment on ne voulait pas choquer les enfants mais dans le montage qui est présenté c'est aussi très hypocrite dans le sens où cette séquence est vraiment présentée comme une victoire. Si stratégiquement elle le sera sur le long terme car cette bataille prendra valeur de symbole, tactiquement elle ne l'est pas du tout, puisque la garnison américaine a été massacrée et que les mexicains au soir de cette journée sont maîtres du terrain.

D'ailleurs c'est bien simple quand j'ai vu ça j'ai d'abord pensé que Davy Crockett s'en était tiré. Comment du reste le héros que je suivais toutes les semaines pouvait-il mourir ?  scratch

Cependant comme il n'est pas revenu la semaine suivante... l'enfant que j'étais a fini par comprendre que l'épisode d'Alamo avait été plus sombre que Disney ne me l'avait montré...
Revenir en haut Aller en bas
Jmd76
TMNT
TMNT
Jmd76

Dragon
Nombre de messages : 1742
Age : 43
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 12/04/2014

Les contes censurés et édulcorés Empty
MessageSujet: Re: Les contes censurés et édulcorés   Les contes censurés et édulcorés Icon_minitimeMar 28 Oct 2014 - 14:55

Content de te lire ici Wink J'étais certain que tu apporterais ta pierre à l'édifice ^^
Du coup, je viens de revoir la séquence en question, et c'est vrai que les images sont assez étonnantes. On voit Davy Crockett, désormais seul (ses compagnons sont tombés lors de la séquence précédente) se débattre en agitant son fusil au milieu des soldats mexicains. On pourrait presque croire qu'il les domine ; en tout cas, ils ne le submergent pas encore. Le plan suivant montre un drapeau mexicain portant l'année 1824 en son centre, qu'un procédé de fondu remplace vite par un drapeau rouge, blanc et bleu à une étoile, tandis que chante la ballade de Davy Crockett... Un livre se referme, le Davy Crockett's Journal, written by Himself : sur la dernière page, datée du 6 mars 1836 (date à laquelle l'armée mexicaine prend finalement Alamo), on lit : "Liberty and Independance forever". Le récit disneyen occulte la mort du "héros" - justement pour qu'il reste un héros américain, fort et indétrôné - et renvoie finalement, à travers des mots très clairs et lourdement connotés, à une idéologie politique officielle qui traduit nettement l'engagement de Disney. Le patriotisme de l'oncle Walt a pris le pas sur la rigueur historique. En 1943-1945, le patriotisme et le panaméricanisme qui se dégageaient de Saludos Amigos et des Trois caballeros lui avaient déjà valu quelques critiques (j'ai encore peu d'informations là-dessus, n'ayant pu revoir les films ; je réserve donc le développement). La réécriture de l'Histoire à des fins propagandistes est toujours dérangeante a posteriori, même quand la période justifie l'effort de guerre...

Kazunours a écrit:
Tu as raison... après je comprends aussi leur parti pris d'un certain point de vue. C'est vrai que par les temps qui courent, voir du positif peut être une bonne chose. Et Disney, avec son manichéisme et tous ses défauts, a au moins l'avantage de montrer du positif.

Oui, et ce sera ensuite une question de point de vue : les uns trouveront cela réconfortant, les autres diront que c'est hypocrite. Son optimisme est certainement de bon aloi, et correspond à un état d'esprit que les studios Disney continuent d'entretenir ; l'ennui est qu'il est artificiel, et de plus en plus en décalage avec notre époque où le manichéisme est passé de mode. C'est l'éternelle question de savoir s'il faut dire la vérité aux enfants ou les préserver en se disant qu'ils découvriront bien assez tôt l'horreur de notre monde. A bien des égards, ils s'en rendent compte par eux-mêmes de plus en plus tôt...
Revenir en haut Aller en bas
kaktus
Modo piquant
kaktus

Serpent
Nombre de messages : 7709
Age : 42
Localisation : Luxembourg
Date d'inscription : 27/12/2007

Les contes censurés et édulcorés Empty
MessageSujet: Re: Les contes censurés et édulcorés   Les contes censurés et édulcorés Icon_minitimeMar 28 Oct 2014 - 15:05

En même temps, est-ce que ce serait bien pour un enfant de lui montrer un film qui tourne ma à la fin? Honnêtement, c'est pas un tel film que je montrerai à mon fils! Les nouvelles de 20heures seraient alors plus proche de la réalité (et moins cher que le cinéma lol! )
Revenir en haut Aller en bas
kollectoyz
MEGO
MEGO


Dragon
Nombre de messages : 291
Age : 43
Localisation : Saint-Quentin (02)
Date d'inscription : 15/02/2009

Les contes censurés et édulcorés Empty
MessageSujet: Re: Les contes censurés et édulcorés   Les contes censurés et édulcorés Icon_minitimeMar 28 Oct 2014 - 15:31

La France n'est pas en reste non plus avec ce genre de censures... une des premières censure dans le genre pour en modifier l'histoire c'est Candy, avec la mort d'Anthony... transformée en hospitalisation, et qui bouleverse toute la compréhension du reste de l'histoire jusqu'à la fin... Les américains ne sont pas les seuls dans cette vision d'empêcher au maximum les enfants d'être confrontés à la mort ou aux fins tristes... A noter que plus tard les épisodes du passage de la mort d'Anthony auront été redoublés pour enfin l'annoncer (sans penser de redoubler les épisodes plus loin dans l'histoire où il restera hospitalisé, aprés avoir été déclaré mort ^^'   Anthony le zombie  XD  )  Heureusement qu'ils ne nous ont pas fait ça pour Rémi Sans Famille... sinon on n'aurait plus eu que 3 épisodes de diffusables sur toute la série  :-p

Pour ma part, je pense qu'il est normal de raconter les contes ou de restranscrire les oeuvres dans leur originalité, et que tôt ou tard les enfants seront confrontés à la mort et autres affres de la vie, et que les voyant ou les lisant dans les oeuvres, on pourrait y voir comme une préparation psychologique, non ?

sinon pour les curieux voilà un lien intéressant sur les véritables fins de contes repris par Disney :

http://www.senscritique.com/liste/La_veritable_fin_des_contes_de_fees/336752


en aparté, le manichéisme de Disney m'a toujours fait fuir... j'ai toujours préféré les personnages ambigus, ni bon à 100% ni mauvais à 100%. C'est pourquoi j'ai toujours adoré les mangas... les bons pas toujours bons et avec des défauts, les "mauvais" parfois changeant de camp, ou faisant montre de bonté de temps à autre... je trouve ça plus proche de la réalité... les personnages comme Shun dans Saint Seiya réfutant la violence et pourtant contraint à se battre voir tuer pour le bien, des personnages comme certains chevaliers d'or se pensant bons mais au service du mal, ou bien Vegeta et Petit Coeur dans Dragon Ball Z, finissant du côté des bons mais gardant leur impunité pour tuer voir même retrahir pour leur propre intérêt, même Candy n'a rien d'une petite fille modéle, garçon manqué, lui arrive de mentir etc... des personnages comme Sailor Moon, perdues entre superficialité et responsabilités, ....j'en passe et des meilleurs... bref je préfére de loin ce genre de personnages, à mon sens, plus proches de la vie réelle que du : "les gens sont soit méchants, soit gentils" ^^
Revenir en haut Aller en bas
Jmd76
TMNT
TMNT
Jmd76

Dragon
Nombre de messages : 1742
Age : 43
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 12/04/2014

Les contes censurés et édulcorés Empty
MessageSujet: Re: Les contes censurés et édulcorés   Les contes censurés et édulcorés Icon_minitimeMar 28 Oct 2014 - 20:37

kaktus a écrit:
En même temps, est-ce que ce serait bien pour un enfant de lui montrer un film qui tourne ma à la fin? Honnêtement, c'est pas un tel film que je montrerai à mon fils! Les nouvelles de 20heures seraient alors plus proche de la réalité (et moins cher que le cinéma lol! )

Ce que tu dis me rappelle cette réflexion de Marcel Pagnol dans Le Château de ma mère : "Telle est la vie des hommes : quelques joies, très vite effacées par d'inoubliables chagrins. Il n'est pas nécessaire de le dire aux enfants". Je cite de mémoire, et je ne suis plus sûr sûr de l'adjectif "inoubliables", mais l'idée est là. Il y a bien-sûr un âge pour apprendre la dureté de la vie ; mais est-ce bien rendre service aux enfants que leur raconter que tout est beau et gentil ? Tout est peut-être dans la subtilité du dosage au moment de l'approche pédagogique ; on peut montrer que c'est triste, et expliquer pourquoi c'est triste, et surtout accompagner son enfant dans l'expérience d'un récit un peu dur... Non ? C'est ce que je fais avec mon bout'chou quand on regarde ensemble un dessin animé comme Albator - qui n'est pas franchement d'une drôlerie à se rouler par terre, nous sommes d'accord ! Albator 84 multiplie les drames : celui d'une petite fille dont le père meurt en se sacrifiant pour qu'elle ait un espoir d'avenir (la pauvre ne sait même pas que son père est mort) ; celui d'une jeune femme dont la famille a été massacrée par les Ilmidas qui font d'elle une esclave puis une sorte d'espionne-kamikaze ; celui d'une mère, résistante sur une planète occupée, qui trouve la mort alors qu'elle ne rêvait que de bonheur pour son fils... On pourra m'objecter qu'Albator 84 n'est ni un conte ni une œuvre pour enfants (c'est une série très adulte), mais - et c'est à cela que je veux en venir - Albator 84 oppose à la dureté de l'existence des valeurs solides comme l'amitié (thème récurrent de l'animation japonaise) et la foi en ses rêves. C'est ce qui permet d'en parler avec un enfant : "Tu vois, c'est dur et triste, mais il y a aussi de belles choses, dans cette histoire"... C'est là qu'est sa valeur pédagogique.
Pardon, j'ai fait long.

Pour en revenir au sujet de départ, je me demandais surtout - et je continue de me demander - pourquoi Disney a ce besoin de choisir des récits difficiles (Notre-Dame de Paris, La Petite sirène) pour les réécrire et en faire des contes de fées ? 1°, c'est trahir l'auteur original et son oeuvre ; 2°, c'est construire une fausse culture, ou une culture fausse, ou encore une contre-culture ; 3°, pourquoi ne pas inventer une histoire de toute pièce ?

kollectoyz a écrit:
Heureusement qu'ils ne nous ont pas fait ça pour Rémi Sans Famille... sinon on n'aurait plus eu que 3 épisodes de diffusables sur toute la série :-p

Et que dire aussi de Versailles no bara (Lady Oscar), qui s'inscrit dans la même veine réaliste ? Certains épisodes, si je ne me trompe, sont d'ailleurs du même dessinateur que Rémi sans famille. Cette série réussit le tour de force de tuer ses deux héros à la fin - ce qui, quand on y pense, est insoutenable : tuer des personnages à qui on a donné une histoire, des sentiments, une complexité psychologique...

kollectoyz a écrit:
en aparté, le manichéisme de Disney m'a toujours fait fuir... j'ai toujours préféré les personnages ambigus, ni bon à 100% ni mauvais à 100%. C'est pourquoi j'ai toujours adoré les mangas... les bons pas toujours bons et avec des défauts, les "mauvais" parfois changeant de camp, ou faisant montre de bonté de temps à autre... je trouve ça plus proche de la réalité... les personnages comme Shun dans Saint Seiya réfutant la violence et pourtant contraint à se battre voir tuer pour le bien, des personnages comme certains chevaliers d'or se pensant bons mais au service du mal, ou bien Vegeta et Petit Coeur dans Dragon Ball Z, finissant du côté des bons mais gardant leur impunité pour tuer voir même retrahir pour leur propre intérêt, même Candy n'a rien d'une petite fille modéle, garçon manqué, lui arrive de mentir etc... des personnages comme Sailor Moon, perdues entre superficialité et responsabilités, ....j'en passe et des meilleurs... bref je préfére de loin ce genre de personnages, à mon sens, plus proches de la vie réelle que du : "les gens sont soit méchants, soit gentils" ^^

Je te rejoins totalement. Les personnages japonais sont souvent complexes, et aux références que tu cites, j'ajoute Neon Genesis Evangelion, exemple que j'aime bien de personnages tiraillés entre bien et mal, entre désir et devoir, entre certitude et incertitude... Ce n'est pas un hasard s'ils ont 14 ans - quoi que les adultes, dans cette affaire, ne sont pas plus avancés qu'eux. Moi aussi, je préfère ces personnages, plus riches et plus intéressants car plus travaillés, plus proches de nous sans être caricaturaux.
Revenir en haut Aller en bas
Old Shatterhand
Saint Seiya
Saint Seiya
Old Shatterhand

Coq
Nombre de messages : 1328
Age : 50
Date d'inscription : 06/07/2009

Les contes censurés et édulcorés Empty
MessageSujet: Re: Les contes censurés et édulcorés   Les contes censurés et édulcorés Icon_minitimeMer 29 Oct 2014 - 22:28

Shocked

N'allons pas trop loin non plus, en faisant des personnages japonais les plus complexes et les plus réalistes, parce que ce serait une erreur de croire cela !

Autant je suis d'accord avec vous sur le manichéisme de Disney, et vous l'avez très bien montré dans vos exemples, autant il ne faudrait pas en conclure que l'industrie américaine du divertissement est simplement une machine à rêver, sans aucune profondeur.

On n'a pas attendu les japonais pour faire des histoires avec un traitement réaliste...

Il suffit de se rappeller le cas de la mort de Raven Sherman, telle que l'a pensé Milton Caniff. Sa mort fût certainement, en son temps, l'exemple le plus fort de toute l'histoire du divertissement. L'intensité de la scène, la façon dont le suspense à duré, le traitement graphique, et la chute finale constitue un véritable électrochoc.

Raven est une jeune femme très complexe, ce n'est pas simplement une vamp sexy comme Caniff sait les dessiner, non c'est bien plus que cela, c'est une personne que tout le monde pourrait adorer pour sa générosité, son dynamisme, son humanité (il est à noter et alors que nous sommes en 1941 que Raven aidera souvent des asiatiques et montrera toujours un grand sens de la justice en toute occasion. )

Bref, Raven tout le monde l'adore, et personne ne songe un instant à ce qu'elle puisse un jour mourir et pourtant, pourtant...

Au terme d'une histoire trop longue à raconter ici, Raven est projeté du haut d'un camion par le méchant de service qui en profite pour obliger Terry et son ami Dude à mettre fin à la course poursuite qu'ils ont engagés contre lui.

Précisons tout de suite que Caniff dont la proximité avec le cinéma est très étroite, nous offre à cette occasion des cadrages de toute beauté qui vont inspirer bien des auteurs Américains, Européens et Japonais plus tard. De plus la découverte du corps de Raven sur la route par Terry et Dude constitue une véritable plongée dans l'horreur totalement inédite alors (du moins à un tel degré). D'ailleurs Caniff se fera traiter d’assassin par les gosses du quartier lorsqu'il se rendra quelques jours plus tard à son bureau  et toute sa vie il subira des reproches pour avoir osé tuer la pauvre Raven.

Mais revenons à l'histoire...
Le lecteur se demande si Raven va s'en sortir, et Milton Caniff va alimenter ce climat d'incertitude, tout autant qu'il va décrire cette scène de façon réaliste.

Les contes censurés et édulcorés C111

L'on découvre tout d'abord l'inimaginable, le visage de Raven est atrocement marqué  Sad
Dude est tellement réduit à l'impuissance qu'il ne parle pas, lui d'habitude si bavard semble dépassé devant la tragédie qui frappe la femme qu'il aime, tout juste évoque-t-il le fait qu'il faut garder espoir car les secours vont arriver.

Raven cependant continue à parler, mais il aurait mieux valu ne pas l'entendre car elle délire prononçant une suite de phrases sans syntaxe, des bouts de mots, d'idées (quelle violence pour le lecteur qui s'attendait à tout sauf ça !).

Un court instant cependant Raven semble retrouver ses esprits (case finale) et en quelques mots l'espoir semble renaître.

Mais ici s'arrête le strip du dimanche obligeant le lecteur à attendre toute une semaine pour connaître la suite.

Mais la semaine suivante, il n'y aura pas une seule parole.

Les contes censurés et édulcorés C211

Avant de présenter le strip final, celui qui est le coup de grâce, rappelons que Caniff était d'abord connu pour être un spécialiste des séries pour enfants. C'est précisément suite au succès de l'une d'elle (Dickie Dare) qu'il est contacté par le New York Daily News pour écrire une autre série à succès : Terry et les pirates. Son récit fait d'action et d'aventures exotiques laisse à penser que c'est encore au jeune public que Caniff s'adresse, pourtant le récit très vite va s'orienter vers des histoires adultes. Ainsi comme vous l'avez dit plus haut, le public ne fait pas toujours attention à ce qu'on lui présente, certaines histoires en BD du type d'Albator ou de Terry et les Pirates donnent l'impression d'un récit enfantin mais ce n'est pas du tout le cas.

Pauvres enfants, qui en ce mois d'octobre 1941 tomberont sur le dernier strip de ce qui est désormais sans aucun doute possible la preuve de la mort de Raven.

On raconte que avant ce dernier strip il y a avait encore des lecteurs qui pensaient que Raven allait s'en sortir, mais à l'aide d'une grande case qui couvre horizontalement toute la page, ce jour-là ils sont entrés dans l'âge adulte...

Les contes censurés et édulcorés C310
Revenir en haut Aller en bas
Jmd76
TMNT
TMNT
Jmd76

Dragon
Nombre de messages : 1742
Age : 43
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 12/04/2014

Les contes censurés et édulcorés Empty
MessageSujet: Re: Les contes censurés et édulcorés   Les contes censurés et édulcorés Icon_minitimeJeu 30 Oct 2014 - 0:08

Je n'avais pas connaissance de cela (honte à moi ; une lourde lacune à ma culture). Dans les messages précédents, on a voulu mettre en regard les productions Disney et certaines productions japonaises, et tu as raison de rappeler qu'il faut être prudent dans ce genre d'exercice. D'une part parce que les œuvres japonaises évoquées, d'Albator à Saint-Seiya, s'adressent à un public adolescent sinon adulte, qui diffère du public ciblé par Disney, et dont les attentes sont nécessairement autres ; du reste, à comparaison plus équitable, les enfants japonais ont droit à leur part de manichéisme aussi (voir Pokemon, par exemple, et ses gentils dresseurs, loyaux et corrects en toutes circonstances, face à une Team Rocket toujours très, très méchante avec ces pauvres pokemon...).

D'autre part parce que, comme tu le dis, l'industrie américaine du divertissement ne se limite pas - et heureusement ! - à Disney. La complexité psychologique des personnages et des intrigues, on la trouvera aussi, par exemple, dans les comics Marvel (souvent desservis par leurs adaptations au cinéma, d'ailleurs, tout comme Disney dessert ses sources...). Qu'il s'agisse des X-Men, de Spider-Man ou d'autres, leur psychisme n'est jamais très clair ; les frontières entre le bien et le mal sont floues ou poreuses ; les objets de conflits psychologiques sont nombreux... Cette complexité est souvent amoindrie ou affadie dès qu'on transpose leur histoire au cinéma, où les règles du film d'action reprennent aussitôt leurs droits. J'exagère un peu, car tous les films ne sont pas à mettre dans le même sac, et la question ne peut pas se régler ainsi en une formule rapide ; mais c'est, me semble-t-il, un autre exemple d'édulcoration...

Je vais m'intéresser à Raven de plus près ! Les vignettes sans paroles sont d'une force extraordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Old Shatterhand
Saint Seiya
Saint Seiya
Old Shatterhand

Coq
Nombre de messages : 1328
Age : 50
Date d'inscription : 06/07/2009

Les contes censurés et édulcorés Empty
MessageSujet: Re: Les contes censurés et édulcorés   Les contes censurés et édulcorés Icon_minitimeJeu 30 Oct 2014 - 1:00

Jmd76 a écrit:


Les vignettes sans paroles sont d'une force extraordinaire.

La suite est encore plus poignante.  Wink

Terry et Dude restent seuls mais n'arrivent pas à quitter Raven, à un moment cependant il faut bien partir, c'est ce que Caniff voulait faire comprendre à ses lecteurs, à un moment il faut quitter l'âge de l'enfance (du reste cette BD avait commencé avec des histoires de gosse, au début ce sont des gamins mais le temps a passé et ils ont grandi...Caniff voulait donc passer à des histoires plus intéressantes).

Je crois que c'est là que se trouve le coup de génie de Milton Caniff, dans la façon dont il va montrer ce passage à l'âge adulte. La scène qu'il présente est d'une force et d'une beauté qui laisse sans voix, il faut voir (désolé je n'ai pas trouvé d'image de cette scène sur internet) les deux compagnons partir au loin sur la route et dont la dernière case se termine par ces paroles de Dude :

"passé ce tournant, nous ne pourrons plus voir la colline où nous l'avons laissée."

Tout est dit, la page de l'enfance se tourne définitivement.

Pourtant ce n'est pas encore fini !
En effet l'Histoire, celle avec un grand H, nous rappelle qu'elle est un conteur encore plus cynique que Caniff et en décembre 1941 le Japon et L'Amérique basculent dans la guerre. De ce gâchis humain, Caniff dans une autre BD représente une séquence avec un pilote japonais qui se retrouve dans les montagnes avec un pilote américain (il s'agit du personnage de Flip Corkin inspiré du véritable colonel Philip Cochran). Flip Corkin en allant chercher de l'eau découvre au milieu des rochers ce qui semble être une tombe.

Coup de théâtre il s'agit de la tombe de Raven !
A moins que ce ne soit la tombe de tout ceux qui sont mort inutilement victime de la barbarie humaine...

Les contes censurés et édulcorés C010
Revenir en haut Aller en bas
WhiteGrizzlor
Hot Toys / Marvel
Hot Toys / Marvel
WhiteGrizzlor

Nombre de messages : 6357
Localisation : Outer Space
Date d'inscription : 04/05/2008

Les contes censurés et édulcorés Empty
MessageSujet: Re: Les contes censurés et édulcorés   Les contes censurés et édulcorés Icon_minitimeSam 1 Nov 2014 - 20:35

Intéressant. Le média bd lui-même est passé à l'âge adulte avec ce genre de scènes. En tout cas sur le fond, car une bande dessinée qui s'inspire trop des effets du cinéma ou d'un autre art c'est peut être un signe d'une sorte d'immaturité quant à la forme. Mais je m'égare et je ne voudrais pas laisser croire que je n'aime pas Caniff.

Pour en revenir à Disney, il suffit de dire qu'il fait du cinema commercial et mondial. Faut que ça passe dans tous les pays et dans toutes les classes sociales. Rien de tel que des œuvres libres de droit et qui ont fait leur preuve. Le "produit" est déjà connu. Pour un pays à l'histoire aussi récente c'est toutefois compréhensible d'aller chercher des histoires connus ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les contes censurés et édulcorés Empty
MessageSujet: Re: Les contes censurés et édulcorés   Les contes censurés et édulcorés Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Les contes censurés et édulcorés
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Chaperon Rouge [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COLLECT'ALL :: Le coin détente :: conversations diverses-
Sauter vers: